Previous Next

Appel de fonds décembre 2015

Chers amis, adhérents et donateurs,

Nous lançons une nouvelle collecte afin d’envoyer prochainement une somme en Syrie.

Au mois de novembre
-Une somme a été envoyée pour payer les loyers de six familles déplacées à Damas et sa banlieue.
-Des fonds ont été récoltés dans le cadre de notre collecte d’hiver pour fournir des vêtements aux enfants déplacés à Damas et sur la côte syrienne. L’association Alwane participe à cette collecte, ainsi que les équipes syriennes à l’intérieur du pays.
-Une participation à la crèche citoyenne de la côte syrienne a été envoyée.
-Nous avons consacré des fonds aux projets humanitaires et scolaires que nous soutenons dans deux banlieues de Damas.
-Nous avons versé notre participation mensuelle au GAS (Groupe d’Accueil et de Solidarité) dans le cadre de la cagnotte associative servant à aider au logement des réfugiés syriens en région parisienne. Cette cagnotte aide actuellement à financer quatre logements : trois couples (dont un avec un enfant) en banlieue, et quatre hommes à Paris.

Nous vous remercions pour ces réalisations, continuons ensemble,
L’équipe de ChamS

Appel de fonds novembre 2015

Chers amis, adhérents et donateurs,
Nous lançons une nouvelle collecte afin d’envoyer prochainement une somme en Syrie.
Au mois d’octobre
Des fonds ont été envoyés pour payer les loyers de six familles déplacées à Damas et sa banlieue.
Une somme mensuelle a été versée au GAS (Groupe d’Accueil et de Solidarité) dans le cadre de la cagnotte associative servant à aider au logement des réfugiés syriens en région parisienne. Cette cagnotte aide actuellement à financer quatre logements : trois couples (dont un avec un enfant) en banlieue, et quatre hommes à Paris.
Nous vous remercions pour ces réalisations, continuons ensemble
L’équipe de ChamS
Pour connaître le détail des sommes envoyées, contactez-nous à collectif.chams@gmail.com, vous recevrez directement la newsletter.

Appel de fonds octobre 2015

Chers amis, adhérents et donateurs,
Nous lançons une nouvelle collecte afin d’envoyer prochainement une somme en Syrie.
 Au mois de septembre :
Des fonds ont été envoyés pour payer les loyers de six familles déplacées à Damas et sa banlieue.
Le versement mensuel  au GAS (Groupe d’Accueil et de Solidarité) dans le cadre de la cagnotte sous l’égide de Revivre, sert à aider au logement des réfugiés syriens en région parisienne. Cette cagnotte aide actuellement à financer quatre logements : trois couples (dont un avec un enfant) en banlieue, et quatre hommes à Paris.
Nous vous remercions, continuons ensemble,
L’équipe de ChamS

N’abandonnons pas les Syriens

Chers amis,
Nous nous joignons à l’appel à mobilisation demain vendredi à Paris
Les alliés de Bachar Al Assad préparent un carnage
Ce mercredi 7 octobre 2015 la situation en Syrie s’est considérablement aggravée ; les forces navales militaires de la Russie sont entrées en action ; conjointement l’Iran et le Hezbollah ont lancé une offensive terrestre dans les régions tenues par les rebelles syriens et non l’EI.
La stratégie ciblée sur une tentative de sauver le régime est claire de la part de Poutine : briser l’opposition syrienne pour maintenir Bachar Al Assad au pouvoir.
Les grandes puissances se contentent depuis le début de l’intervention russe de déclarations circonstanciées.
Poutine et l’Iran interviennent militairement selon leurs seuls critères au mépris de tout droit international.
Nous demandons aux grandes puissances d’imposer immédiatement une zone d’exclusion aérienne conçue pour protéger les populations civiles, sachant que les frappes sur l’EI sont inopérantes de la part de la coalition internationale comme de la Russie.
Après plus de 4 ans d’aveuglement et de lâcheté, allons-nous définitivement abandonner les Syriens aux mains du boucher de Damas ?
Mobilisation unitaire Vendredi 9 octobre 18h
Rassemblement Métro Invalides Quai d’Orsay
Premiers signataires : Appel Solidarité Syrie, Collectif Urgence solidarité Syrie, Souria Houria, Déclaration de Damas, Syrie MDL, Revivre, Chams Collectif Syrie, CEDETIM/IPAM, Assemblée Européenne des Citoyens, La Coordination des syriens de Paris, Collectif des amis d’Alep, La Vague Blanche, Révolution syrienne en France, Mouvement du 15 mars, Appel d’Avignon, EE les Verts, Parti Socialiste, MRAP, Union Syndicale Solidaires, Mémorial 98

Appel de fonds ciblé

Chers amis, à l’approche de l’hiver, l’un de nos deux réseaux partenaires lance une campagne de dons afin de fournir en habits d’hiver 80 enfants déplacés à l’intérieur de la Syrie, dans les endroits où nous intervenons d’habitude : Damas et ses faubourgs, ainsi que la côte syrienne.                                                               Nous lançons une collecte ponctuelle dans cet objectif. Si vous désirez y participer, il vous suffit de préciser « collecte d’hiver » avec votre chèque ou votre virement.
Avec tous nos remerciements,
L’équipe de ChamS

Un repas pour les écoliers syriens

Repas syria houria

decouverte culinaire : lire les détails

 Mercredi 30 septembre 12h- 14h

La Maison de la citoyenneté

33, avenue Gabriel Péri – 93120 La Courneuve

La révolution syrienne continue au Liban

À écouter,  le  reportage “Dans les jupes de Damas, avec des opposants syriens à Beyrouth”,  après sa diffusion le mardi 8 septembre dans l’émission Détours de la RTS:
https://www.rts.ch/la-1ere/programmes/detours/7026316-detours-du-08-09-2015.html
 De la Syrie, on entend le fracas des armes et l’écho des drames humains, face auxquels on se sent démunis. Pourtant, au milieu du chaos et de la violence subsistent des voix qui portent un message d’espoir, de résistance et de solidarité. Ce sont celles de citoyens syriens qui continuent à faire vivre les valeurs humanistes qui ont poussé le peuple dans les rues en mars 2011, après 40 ans d’oppression. A Beyrouth, certains ont trouvé l’espace leur permettant de continuer à être utiles à leurs concitoyens syriens restés en Syrie. Ils font le lien avec les ONG, organisent des transferts d’argent et de matériel, soutiennent des initiatives locales et citoyennes, persuadés que c’est à travers ce travail civil fondé sur la solidarité et le pacifime qu’une nouvelle société syrienne pourra un jour émerger, lorsque les armes se seront enfin tues.
 Grand merci à Sana, Ousama, Adel et tant d’autres… Et un merci tout particulier à Emilie Luciani, qui soutient le peuple syrien avec ténacité, efficacité et sincérité, et qui a rendu ces rencontres possibles.

“J’ai connu l’enfer. De la Syrie des Assad aux camps du Liban”

“J’ai connu l’enfer. De la Syrie des Assad aux camps du Liban”  est plus qu’un simple témoignage. En empruntant la plume de la journaliste Djénane Kareh Tager, Fayza D. nous propose un récit de sa vie mettant en exergue l’émergence du conflit syrien.
fazya
Voilà comment commence le livre:” j’ai dix neuf ans et je suis vieille”. On comprend en le refermant pourquoi cet oxymore est aussi touchant que véridique. A seulement 19 ans cette jeune fille, issue d’une famille modeste de Zabadani, propose des réflexions et des analyses pouvant donner du fil à retordre aux comités internationaux et surtout une belle leçon à l’humanité, si humanité il y a. Les diverses contradictions qu’elle rencontre la mènent très tôt à se questionner de façon pertinente. Son père, fonctionnaire, a toujours été contre ce régime, pourtant il lui fallait démontrer l’inverse pour éviter tout type de problème, allant jusqu’à cautionner les discours des Assad, mettant le volume de la télévision au plus haut degré pour faire entendre aux voisins son appartenance aux idéaux déversés par le régime.
En l’espace de 173 pages, elle passe par des thèmes allant du niqab a l’amour, des différentes relations familiales au prix d’un pull, de la place de la femme à  son quartier, de la révolution aux destructions, de la Syrie et de sa maison aux camps de réfugiés, de la vie à la mort.
Au cours de cette lecture, Fayza D. nous donne d’authentiques supports nous permettant de penser et de panser. Penser comment le bourrage de crâne a fait tant de mal au peuple, et comment ce dernier a su malgré tout le dépasser avec une incroyable force d’esprit : « Comme tous les enfants syriens, on m’avait en même temps appris a parler et a me taire. On m’avait dit : tu appartiens au Baas ; et il allait de soi que je devais en être fière ». Panser les douleurs en allant de l’avant et en étant fière de cette révolution : « nous ne refuserons pas d’obéir et de nous taire, mais nous demandons d’abord : pourquoi faut-il que je me taise ? Nous le ferons si nous sommes convaincus de la réponse. Nous sommes la génération du pourquoi, et à cause de ce mot, nous ne pouvons plus nous laisser marcher sur les pieds, comme ce fut le cas pour nous en Syrie ».
L’être humain a-t-il un prix, en fonction de son appartenance sociale, religieuse, culturelle ? Fayza nous condamne à méditer sur l’humain, ne condamnant pas une seule seconde cette révolution malgré toutes les souffrances subies. Ses expériences d’une extrême violence font écho à l’histoire syrienne : c’est jusqu’au bout qu’elle criera : Liberté et dignité. La force de cette Syrienne, comme celle du peuple, c’est de garder l’espoir dans une âme digne et libre : « Un jour, oui un jour, je serai médecin, en Syrie ».
Maria Oudaïmah